Test: De Gendt espère mais n'est pas convaincu que le Tour de France se déroulera en 2020

Thomas De Gendt, de Lotto Soudal, a déclaré aux médias belges qu'il n'était pas convaincu qu'il y aurait plus de courses pour la saison 2020, bien qu'il ne serait que trop heureux s'il y avait un moyen pour que les trois Grands Tours et les monuments aient lieu.

"Je ne peux pas imaginer que le virus disparaîtra soudainement et que tout redeviendra normal. Le sport sera l'une des dernières choses à considérer. Alors oui, je crois toujours que Paris-Nice était la dernière course de 2020, "De Gendt a déclaré VTM News mardi, selon un rapport sur HLN.be.

Le gouvernement français a décidé lundi de prolonger la période de verrouillage du pays jusqu'au mois de mai au moins, aucun grand rassemblement public ne sera autorisé avant la mi-juillet, ce qui a fait que le Tour de France aurait pu avoir lieu à ses dates originales du 27 juin au 19 juillet.

"Ce n'était pas une surprise, mais c'est quand même dommage", a déclaré De Gendt à propos de la décision. "Maintenant, notre objectif a été prolongé d'un mois. Est-ce la bonne décision? C'est au gouvernement français de décider, et nous devons accepter cette décision."

Journal espagnol Marca a annoncé mardi que le Tour pourrait avoir lieu en août, avec la Vuelta a España en septembre et le Giro d'Italia en octobre.

"Il est toujours en discussion, mais ce serait un bon compromis pour les trois Grands Tours", a déclaré De Gendt. "Les monuments [cycling’s five biggest one-day Classics] pourrait alors être organisé entre les deux. "

Journal français Le Dauphiné Libéré, quant à lui, a rapporté que les organisateurs du Tour ASO cherchent à organiser l'emblématique course à étapes française du 29 août au 20 septembre.

«Tout le monde sera frais»

"Il n'y aura pas de courses de préparation", a suggéré De Gendt, "ce qui signifie que le Tour sera plus lent. Peu de coureurs auront pu participer à des camps d'entraînement en altitude, et il y aura des différences entre les coureurs. selon l'endroit où ils vivent. Mais tout le monde sera frais. "

Dans sa vie quotidienne alors que la pandémie continue, De Gendt a ajouté: "Ce n'est pas vraiment différent pour moi par rapport à une semaine normale. Je suis à la maison et je m'entraîne, mais il n'y a tout simplement pas de course.

"C'est difficile de faire du travail d'endurance; je n'ai pas envie de m'entraîner à l'extérieur pendant six heures parce qu'il n'y a pas de véritable objectif", a déclaré De Gendt, qui – contrairement à ses collègues de France, d'Espagne et d'Italie – est toujours capable de s'entraîner à l'extérieur.

"Je roule souvent sur les rouleaux, puis je sors pour deux à trois heures l'après-midi, ce qui rompt ma journée", a-t-il déclaré.