News: Geraint Thomas, la malédiction Ineos



Geraint Thomas


© Icon Sport
Geraint Thomas


Victime d’une chute avant même le début de la 3e étape, Geraint Thomas a perdu toute chance de remporter le Tour d’Italie. Une nouvelle fois, l’équipe Ineos, en grande difficulté cette année sur les grands tours, est malheureuse sur le Giro. C’est un carnage, ce Tour d’Italie. Chaque jour, on peut rayer un nom de la liste des favoris/outsiders pour le classement général. Après la chute de Miguel Angel Lopez (Astana) lors du chrono inaugural, et l’abandon de son coéquipier Aleksander Vlasov (malade), c’est Geraint Thomas qui a été rattrapé par la malchance lors de la 3e étape… et même juste avant.

Thomas, déjà malheureux en 2017

C’est lors du défilé, avant le départ réel, que le Gallois est tombé, après avoir roulé sur un bidon d’un coureur de la Bahrain-McLaren. Touché sur le côté gauche, le vainqueur du Tour 2018 a regagné le peloton, mais il a vite été décroché, avant même le début de l’ascension de l’Etna, et il a perdu 12 minutes. Un vrai coup dur pour celui qui avait reporté ses ambitions sur le Giro, au lieu du Tour de France, et qui pouvait rêver du maillot rose dès ce lundi après sa 4e place dans le contre-la-montre.

Les malheurs de Thomas confirme deux choses: ce n’est pas l’année d’Ineos sur les grands tours, après le raté Bernal sur le Tour de France ; le Giro réussit décidément moins bien à la formation britannique, qui ne l’a remporté qu’une seule fois (Froome en 2018). En 2017, Thomas, venu pour le gagner, avait chuté dès la première semaine, renversé par une moto de la gendarmerie.

Caicedo vainqueur, Almeida nouveau maillot rose

Cette première arrivée au sommet a en tout cas permis d’y voir déjà beaucoup plus clair dans la course à la victoire finale. Derrière le vainqueur, l’échappé Jonathan Caicedo, c’est Wilco Kelderman (Sunweb) qui a le mieux dompté l’Etna. Le Néerlandais a devancé de quelques secondes une poignée d’autres favoris (Fuglsang, Majka, Nibali, Kruijswijk…), alors que la déception vient de Simon Yates, qui a perdu 4 minutes. Le maillot rose change d’épaule et quitte celles de Filippo Ganna pour échoir à Joao Almeida. Etonnant lors du chrono, le grand espoir portugais de la Deceuninck-Quick Step s’est bien accroché dans la montée finale et s’empare de la tunique de leader.